Défendre ses blindes

[Total : 3    Moyenne : 4/5]

Défendre ses blindes est loin d’être l’aspect le plus simple du poker. Vous venez de verser une petite ou une grosse blinde dans le pot alors que vous n’avez même pas regardé vos cartes. Certes, en contrepartie, vous serez le dernier à vous exprimer dans le premier tour de mise, ce qui est un avantage. Toutefois, dans les tours suivants vous serez le premier à prendre la parole ce qui peut être un désavantage très important.

Des situations (dé)favorables à la défense

La défense de vos blindes va dépendre très fortement de la situation. Il y a des cas de figure où elle sera très facile à exécuter : parfois (trop rarement malheureusement), si vous êtes à la grosse blinde, tous vos adversaires se coucheront, même la petite blinde. Vous gagnerez alors les blindes et éventuellement les antes sans avoir eu besoin de jouer. Trop souvent, vous serez dans l’incapacité de les défendre parce que vous avez reçu une main médiocre, que les blindes sont déjà très élevées pour votre tapis et que quelqu’un d’autre essaie déjà de vous les voler…

Au poker, la meilleure défense, c’est l’attaque. Vous pouvez défendre vos blindes en faisant coucher vos adversaires de préférence avant le flop. Pour ce faire, il est préférable que vous ayez peu d’adversaires face à vous (2 ou 3 maximum), de préférence des joueurs larges (jouant un grand nombre de mains) et ayant limpé (tout juste payé la grosse blinde) ou effectué une relance standard (jusqu’à 3 grosses blindes).

Joueur de poker jouant avec ses jetons

Il vaut parfois mieux laisser tourner les blindes


Parfois il vaut mieux laisser tourner les blindes.

Payer peut également être une bonne stratégie dans un premier temps, en particulier si le joueur au bouton essaie manifestement de voler vos blindes depuis plusieurs tours de table. Vous pouvez le faire avec une main qui n’est pas non plus exécrable. Pour cela vous avez deux choix : relancer ouvertement dès le flop puisque vous êtes premier de parole, ou checker puis relancer une mise de votre adversaire. La deuxième méthode est plus risquée mais peut vous rapporter davantage de jetons puisque vous empocherez la mise de votre adversaire s’il se couche.

Attention, si vous avez reçu une bonne main, pensez plutôt à la valoriser qu’à faire coucher tous vos adversaires. Ne défendez pas non plus systématiquement vos blindes, attaquez également celles des joueurs faibles et qui ne défendent jamais les leurs. Sur des tables de joueurs débutants ou en début de tournoi avec des blindes faibles, ne songez pas à défendre vos blindes par un bluff complet qui vous engage trop.

Le straddle ou option

Si vous aimez l’action et défendre vos blindes, vous pouvez en jouant au poker dans un cercle ou entre amis (en cash game uniquement) placer une «option» si vous êtes situé après la grosse blinde. L’option est une mise en aveugle (avant d’avoir reçu vos cartes) équivalente à deux fois la grosse blinde. Elle vous permettra de faire grossir la mise minimum (et par conséquent le pot) et de vous retrouver dans la situation de la grosse blinde en parlant le dernier. Ne soyez donc pas étonnés si vous voyez certains joueurs en placer en partie live, mais sachez que les options caractérisent en général les flambeurs ou tout du moins les joueurs agressifs.

Schema de la défense des blindes

Poursuivez votre apprentissage, revenez à la rubrique « Apprendre à jouer au poker » ou utilisez les liens de navigation suivants :