Gérer la taille du pot

[Total : 3    Moyenne : 4.3/5]

Le but du poker n’est pas de gagner une majorité de pots mais de maximiser ses gains et de minimiser ses pertes. Contrôler la taille du pot est surtout capital pour ce deuxième aspect bien souvent négligé par les joueurs débutants. Vous devez être capable de perdre des pots sans pour autant être à tapis, et être éliminé (en tournoi) ou devoir recaver (en cash game), à chaque fois que vous n’avez pas la meilleure main à l’abattage.

Comment contrôler la taille d’un pot ?

Il n’y a pas de méthode générale pour contrôler la taille du pot, la réussite de vos techniques dépendra fortement du style de jeu de vos adversaires, il est plus facile de contrôler un pot en face à face avec un joueur passif qu’avec trois joueurs agressifs et un peu flambeurs dans le coup.

Néanmoins, il y a deux facteurs principaux qui vont vous aider à définir la taille du pot, la taille de vos mises et votre positionnement. Rappelez-vous que l’objectif est d’augmenter la taille du pot lorsque vous avez une bonne main et de parvenir à la rivière au moindre coût possible si votre main n’est pas encore faite. Évidemment, si vous n’avez pas du tout de jeu, vous n’avez probablement rien à faire dans le coup, il est primordial de sélectionner vos mains de départ correctement avant de passer à ces techniques plus avancées du poker.

La position comme arme

La position est donc le meilleur atout dans le contrôle de la taille du pot, si vous êtes premier de parole et que vous souhaitez conserver un pot faible, vous pouvez toujours checker mais cela ne vous offre aucune garantie, votre adversaire peut vous relancer. A l’inverse, si vous misez en souhaitant agrandir la taille du pot et que vos adversaires se couchent derrière vous, ce n’est pas non plus très efficace.

une tour de contrôle

C’est donc en étant le plus proche possible du bouton que vous pourrez élargir vos possibilités en ayant davantage d’informations sur la force des mains de vos adversaires. N’oubliez pas la situation dans laquelle vous vous trouvez à un certain stade de la main, si vous êtes devant mais que votre adversaire est sur un tirage, il faut que vous relanciez pour que votre adversaire se couche (ou tout du moins que les côtes ne lui soient pas favorables), ce n’est pas le moment de chercher à limiter la taille du pot en lui accordant des cartes gratuites.

Le Check-raise et le blocking bet

Il y a tout de même deux techniques « inverses » qu’il est nécessaire de mentionner :

  • le check-raise consiste à passer en premier de parole pour relancer ensuite son adversaire, il peut vous permettre de vous emparer de davantage de jetons d’un adversaire qui se serait couché si vous aviez relancé.
  • Le blocking bet est une mise de blocage, si vous estimez que votre adversaire va miser dans le cas où vous checkez et uniquement caller si vous misez, vous pouvez faire une mise inférieure à la mise estimée de votre adversaire pour minimiser le coût de la carte suivante. Dans certains cas votre adversaire va même se coucher, ce qui ne sera en général pas pour vous déplaire.
Poursuivez votre apprentissage, revenez à la rubrique « Apprendre à jouer au poker » ou utilisez les liens de navigation suivants :