La psychologie au poker

[Total : 4    Moyenne : 3.8/5]

La psychologie est une des multiples facettes du Poker. Pour analyser vos adversaires, vous pouvez utiliser des méthodes quantitatives, en utilisant par exemple un tracker pour établir des statistiques sur son jeu grâce à un échantillon important de mains.

Mais en face-à-face réel, après un nombre réduit de mains ou lorsque les enjeux sont importants, vous n’aurez bien souvent pas assez d’informations pour obtenir des indicateurs efficaces.

Une arme à double tranchant

Si vous devez vous tourner vers l’analyse qualitative de leur jeu, vous devrez alors vous mettre à leur place et utiliser votre intuition pour deviner leur façon de jouer. Vous pouvez pour cela être aidé par les tells, ces signaux physiques qu’ils vous communiquent à leur insu.

Nous avons souvent des approches différentes par rapport à l’argent, de nombreux joueurs peuvent par exemple tomber dans le piège de la martingale, où ils vont doubler leur mise à chaque coup perdu pour espérer retrouver leur somme d’argent initiale. D’autres préféreront risquer 100€ pour gagner 10€ plutôt que de risquer 10€ pour gagner 9€. On parle alors d’un manque d’aversion au risque qui peut être soit dû à des lacunes techniques, soit ancré psychologiquement chez votre adversaire.

Bien évidemment, ce raisonnement peut être inversé et vous pouvez vous-même manipuler les adversaires à votre table, en donnant par exemple l’impression que vous êtes un flambeur ou un maniaque pour qu’ils vous paient rubis sur l’ongle, avec une main ridicule alors que vous avez la meilleure main possible, alias les « nuts ».

Un homme allongé chez son psychologue

Apprenez à vous connaître

Vous devez aussi vous servir des aspects psychologiques du jeu pour analyser ce que vous faites, ce que vous pensez devoir faire et essayer de prendre du recul pour comprendre vos erreurs. C’est même ce domaine qui est le plus important car votre premier ennemi au poker est bien souvent vous-même. Attention à ne pas scénariser le coup en votre faveur, en vous attendant à voir votre jeu se compléter ou à ce que votre adversaire soit sur un bluff.

Sachez reconnaître quand vous êtes dans un mauvais état d’esprit, voire en tilt et que vous perdez tous vos moyens. Cela empêchera votre bankroll de fondre comme neige au soleil. Vous devez accepter de faire des erreurs ou de subir une série de malchance sans que cela ne vous afflige trop ou n’influe négativement votre jeu à l’avenir. Chaque main au poker est indépendante, identifiez quand et comment l’addiction ou la nervosité prend le dessus sur votre jeu, vous pourrez ensuite faire de même avec vos adversaires et profiter de leurs failles.

Un homme craque et semble être en tilt

La psychologie ne peut tout de même pas remplacer intégralement la stratégie, c’est une science faillible et vous ne pourrez pas vous baser uniquement sur elle à chaque main, ou vous risqueriez de perdre gros. C’est aussi un des aspects qui demande le plus de pratique et d’expérience, rien ne sera en mesure de remplacer, pour un débutant, des bases techniques solides.

Poursuivez votre apprentissage, revenez à la rubrique « Apprendre le poker » ou utilisez les liens de navigation suivants :