La stratégie à la River

[Total : 6    Moyenne : 4.5/5]

La rivière est une carte magique qui peut tout changer, objet de nombreux fantasmes, de miracles inespérés ou de grandes déceptions. Qu’est-ce qui rend cette carte aussi litigieuse ?

Tout d’abord, la rivière est la carte que vous verrez le moins, que vous ayez encore votre main où que vous vous soyez couché. Il n’y a qu’une infime minorité de mains qui vont jusqu’à ce stade de jeu (et heureusement sinon chaque tour de table durerait une heure), vous même ne serez présent que dans une minorité des coups. En tournoi, il se peut même qu’il y ait plus de rivières subies alors que les joueurs sont à tapis que de rivières entraînant une nouvelle phase de mises.

Dans ce cas de figure, pas besoin de stratégie, vous serez debout, vos cartes privées retournées devant vous, tout comme votre adversaire. Vous n’aurez plus alors qu’à prier pour toucher un out si vous êtes derrière votre adversaire ou que ce dernier n’en reçoive pas un si c’est vous qui le dominez. Pensez tout de même à ne pas perdre votre sang froid et à ne pas sauter sur l’adversaire ou le croupier si cela se produit…

Le croupier retourne la river sur la table

Maintenant, que faire si vous et un autre joueur n’êtes pas à tapis ? Il y a aura en général deux scénarios à distinguer. Le premier est celui de la main inutile, c’est en général la petite blinde et la grosse blinde qui s’y retrouvent, les blindes sont déjà assez élevées, ce qui explique pourquoi personne ne les a relancés ni suivis pré-flop. Les cartes privées des deux joueurs sont médiocres, le flop et le tournant n’ont rien changé à cet état de fait, les joueurs n’ont d’ailleurs fait que checker les tours de mises suivants. Vous n’avez que hauteur 9 et vous mettez votre adversaire sur hauteur valet au maximum.

Estimez quel est l’enjeu réel de ce pot : à la rivière, il est peut-être un peu tard pour commencer à bluffer, vous avez sans doute raté de meilleures occasions de le faire avant. Il est tentant mais peut-être trop risqué d’engager des jetons sachant que votre adversaire peut les « cold caller » avec une paire de deux en sachant que vous n’avez rien sinon vous auriez misé avant. Vous pouvez par contre faire cela si le cas inverse se produit, à moins de jouer contre un maître du « slow play ».

Sur les mains où il y a eu beaucoup d’action, ce qui a permis de construire un pot important, ne vous laissez pas emballer par les jetons au milieu de la table. Vous devriez avoir une raison d’être dans un coup qui vous a coûté autant, était-ce parce que vous étiez sur un tirage ou parce que vous aviez top paire top kicker face un joueur que vous estimez jouer un tirage ? La rivière n’est pas le moment de reconstruire le film de la main depuis le début, rappelez-vous que vous devez filtrer de plus en plus le range de votre adversaire, pas le remettre en question à chaque tour de mise

Poursuivez votre apprentissage, revenez à la rubrique « Apprendre à jouer au poker » ou utilisez les liens de navigation suivants :