Le Continuation Bet

[Total : 4    Moyenne : 4/5]

Le « continuation bet », souvent abrévié « c-bet », est un bluff qui consiste à miser sur le flop, que vous ayez touché ou non votre tirage, après avoir déjà misé pré-flop. Un continuation bet tire profit du fait que vous ayez déjà été celui qui a misé pré-flop et que vous continuez donc à garder l’initiative après la venue des trois première cartes.

Le c-bet, une arme efficace

Le continuation bet est efficace car il donne de vous l’image d’un joueur ayant une main très forte, alors que dans la majorité des cas, vous comme votre adversaire n’allez pas toucher votre tirage sur le flop. Toutefois, c’est vous qui avez l’initiative en misant pré-flop et sur le flop, votre adversaire peut difficilement se contenter de payer votre mise si le flop ne lui a rien apporté.

Cet outil est surtout redoutable contre les joueurs larges passifs ayant callé votre mise pré-flop et qui passeront à côté de cartes intéressantes pour eux sur le flop. Bien sûr, faites attention face à des joueurs agressifs ou serrés qui n’attendent qu’une chose, c’est que vous ouvriez les mises pour vous sur-relancer.

Il y a principalement deux flops idéaux sur lesquels effectuer un continuation bet, ceux qui sont susceptibles d’avoir amélioré votre main en partant du principe que vous avez relancé pré-flop avec une excellente main de départ (ce qui n’est pas forcément le cas en réalité) et ceux qui sont peu susceptibles d’avoir amélioré la main de départ de votre adversaire.

Contre un adversaire large passif, c’est le premier cas de figure qui devrait lui faire peur, car il est tout aussi probable qu’il vous ait payé avec Valet-Trois qu’avec As-Roi sur un Flop As, Dame, Neuf. Contre un adversaire serré passif ou agressif, un flop Huit, Dix, Cinq est préférable car s’il vous a suivi pré-flop, c’est qu’il a un As ou un Roi en main.

Un homme relance suite a la visualisation du flop

Si vous avez du mal à évaluer combien vous devez parier, sachez qu’environ deux-tiers du pot fonctionne assez bien que vous souhaitiez valoriser votre main ou bluffer sur un continuation bet. Standardiser ainsi votre mise laissera votre adversaire dans l’incertitude, à la différence de parier davantage sur vos grosses mains et moins sur vos bluffs.

Sur le tournant, le « double barrel »

La situation se complique bien sûr très rapidement si votre adversaire paie votre mise sans sourciller. Vous avez alors sur le tournant la possibilité d’arrêter les frais et de checker et vous coucher si vous n’avez vraiment rien et que vous sentez que votre adversaire ne lâchera pas ses cartes, ou de miser une nouvelle fois, on appelle cette mise le double barrel.

Il est préférable d’effectuer un double barrel sur une carte susceptible d’effrayer votre adversaire. Si la carte est insignifiante et que votre adversaire a déjà payé votre continuation bet en étant convaincu d’être devant, il y a peu de chance qu’un 2 ou un 3 sur le board le fasse changer d’avis.

Si vous êtes encore payé sur le tournant, vous pouvez déjà vous estimer heureux de ne pas avoir été relancé. Le triple barrel sur la rivière ressemble fortement aux circonstances du double barrel et malheureusement pour vous il va être très difficile de faire coucher votre adversaire étant donné la taille du pot à ce stade, surtout si c’est un joueur débutant. Celui-ci sera susceptible de vous battre avec la moindre petite paire à laquelle il s’accroche, c’est pour cela qu’il est préférable de ne pas vous embarquer dans des bluffs sur des pots importants face à des joueurs larges passifs.

Le continuation bet est donc une arme à manier avec précaution, mais sachez qu’il reste préférable d’essayer un c-bet et d’avoir l’initiative plutôt que de checker le flop et de donner immédiatement un signe de faiblesse à votre adversaire.

Poursuivez votre apprentissage, revenez à la rubrique « Apprendre à jouer au poker » ou utilisez les liens de navigation suivants :