Les 3 logiques de relance

[Total : 5    Moyenne : 4/5]

Il y a plusieurs logiques de relance au poker puisqu’il est normal de relancer de manière différente si vous souhaitez que votre adversaire vous paie, se couche ou qu’il vous relance à son tour. Dans votre apprentissage du poker, il faut en effet savoir que le raise est toujours un acte plus risqué qu’un call, puisqu’il ne produit pas toujours les conséquences attendues car vous rendez la parole à votre adversaire. C’est pour cela qu’il est indispensable de savoir bien doser ses mises afin de maximiser ses gains et de minimiser ses pertes pour gagner de l’argent au Texas Hold’Em No Limit.

Le value bet pour être payé

Le type de relance qui devrait être le plus fréquent et celui où vous aurez normalement le plus confiance en vous (vous ne verrez pas votre vie défiler devant vous si votre adversaire vous paie) est le value bet. Comme son nom l’indique, le value bet consiste à dégager le maximum de valeur de votre main. Effectuez ce type de mise ou de relance lorsque vous pensez avoir une meilleure main que votre adversaire et vers la fin du coup, normalement à la rivière, éventuellement au tournant si un tirage s’avère peu probable. Dosez votre mise en visant à maximiser à la fois l’enjeu de la main et les chances d’être payé par votre adversaire, ne soyez ni trop gourmand, ni trop timide.


table de poker avec beaucoup de jetons

Le bluff pour ne pas être payé

La relance mythique du poker est le bluff, vous relancez dans ce cas-là pour ne pas être payé et vous vous voyez fortement derrière vos opposants. Le bluff est donc indubitablement le coup le plus risqué du Texas Hold’Em, puisque vous devez pour remporter le pot actuel engager un grand nombre de jetons, suffisamment pour que votre adversaire ne vous paie pas. Ne bluffez donc que quand vous avez une bonne lecture du jeu de l’adversaire et que des cartes communes sont très susceptibles de faire peur à un adversaire, par exemple un tirage couleur pour un adversaire que vous mettez sur une grosse main de départ du type paire as avec un bon kicker.

Le semi-bluff

À mi-chemin entre le value bet et le bluff, vous misez sur une main susceptible de s’améliorer (alors que pour l’instant vous n’avez sans doute rien). Vous aurez alors deux scénarios favorables : soit votre adversaire se couche immédiatement et vous remportez le pot, soit il vous paie et vous touchez votre tirage, vous aurez alors fait grossir la taille du pot plus facilement que si vous aviez tenté un value bet après avoir touché votre tirage. Bien sûr, rien n’est gratuit au poker et vous perdrez sans doute davantage de jetons si votre adversaire vous paie et que vous passez à côté de votre tirage.

D’autres techniques de relance

En dehors de ces techniques prépondérantes au poker, il existe une gamme de relances à utiliser plus rarement. Le check raise est un exemple classique de slow play, vous faites croire à votre adversaire que vous avez une main faible en checkant en tant que premier de parole pour relancer ensuite brutalement sa mise. Une variante si vous êtes second de parole consiste à effectuer une relance minimum (min-raise) visant à produire le même effet.

Poursuivez votre apprentissage, revenez à la rubrique « Apprendre à jouer au poker » ou utilisez les liens de navigation suivants :