A quelles limites jouer ? Ne brûlez pas les étapes !

[Total : 9    Moyenne : 3.9/5]

Le choix des limites au poker déterminera votre courbe de gains ou de pertes à moyen et à long terme. Il caractérisera l’utilisation que vous faites de votre bankroll et influera sur votre variance. Lorsque vous jouez en cash game (CG), la limite correspondra à la valeur des blindes, tandis que si vous préférez jouer en Sit and Go (SnG), la limite sera le montant de l’inscription au tournoi, commissions incluses.

Le choix de la limite est invariablement associé à votre gestion de bankroll, la règle minimale est de jouer de manière à disposer d’au moins de 20 caves complètes de cash game ou 40 inscriptions en Sit and Go. Ces paramètres peuvent être peaufinés en fonction de votre expérience ou de votre style de jeu, un joueur large agressif aura besoin de plus de marge de sécurité qu’un joueur serré passif car il aura davantage de variance que ce dernier.

Il existe une notation particulière pour définir la limite d’une table de cash game. Par exemple, une table de Texas Hold’Em No Limit où la petite blinde est de 5 centimes et la grosse blinde de 10 centimes sera fréquemment appelée « NL10 ». Le NL est l’acronyme de No Limit, en opposition au PL (Pot Limit) où les mises sont limitées à hauteur du pot et au Limit ou Fixed Limit Hold’Em où les mises sont fixées. Le nombre qui suit est la grosse blinde, exprimée dans l’unité de base (souvent le centime d’Euro sur Internet).

Joueur déposant plusieurs millions de dollars cash sur une table de poker

Avant de s’attaquer aux WSOP, mieux vaut “grinder” les limites inférieures

Le niveau de jeu est différent à chaque niveau de limite, de manière générale, sur Internet, les joueurs les plus faibles se retrouvent aux limites les moins élevées et les joueurs les plus forts aux limites les plus élevées. Le fait que les joueurs qui jouent au-dessus de leur « juste-limite », qui correspond à leur niveau, perdent de l’argent et descendent de limite (ou arrêtent de jouer) et qu’à l’inverse, les joueurs jouant en-dessous de leur limite gagnent de l’argent et tendent à monter de limite régule normalement cette règle. Cela peut être nuancé en poker réel, en cercle ou en casino, où vous pouvez tomber sur des adversaires flambeurs de très mauvais niveau, en NL 200 voir au-delà. En revanche, vous ne serez sans doute pas le seul à vouloir vous emparer de leurs tapis sur la table, la méfiance est donc de rigueur.

Adapter votre limite

Choisissez une limite dans laquelle vous êtes gagnants, de manière à maximiser votre profit par heure passée à jouer. Attention à ne pas choisir une limite trop faible. D’une part, le manque de valeur des jetons risque de faire baisser votre niveau de jeu, vous aurez tendance à payer « pour voir » en estimant que le montant engagé est dérisoire. D’autre part, vous ne maximiserez pas le capital et le temps que vous investissez dans le Poker si vous restez en NL2 parce que vous estimez que c’est le niveau où vous êtes le plus à l’aise. Essayez donc de maximiser le ratio du gain horaire en pourcentage de votre bankroll par rapport à votre variance.

Poursuivez votre apprentissage, revenez à la rubrique « Apprendre le poker » ou utilisez les liens de navigation suivants :

[hcshort id= »16″]