Savoir jeter ses cartes au bon moment

[Total : 11    Moyenne : 4.4/5]

La décision la plus difficile à prendre au poker n’est pas de suivre ou de relancer mais de jeter ses cartes. Une fois que vos cartes ont rejoint le sabot, vous n’avez plus aucune chance de gagner le coup. Parfois vous pourrez voir les cartes de vos adversaires, si celles-ci battent votre main vous pourrez vous dire que vous avez pris la bonne décision, si vous les battez vous aurez alors des remords, même si vous aviez pris la bonne décision. Le plus souvent, vous ne saurez pas ce que contenait, le flop, le tournant, la rivière ou les mains de vos adversaires.

Dès le premier tour de mise, jeter ses cartes peut être une bonne décision

Si se coucher est la décision la plus difficile, c’est aussi bien souvent la meilleure solution, par rapport à payer une mise lorsque vous êtes loin derrière votre adversaire ou relancer de manière excessive. Quel que soit votre type de main de départ, il vous faut apprendre à identifier les situations dangereuses.

Un joueur jette ses carte avec un as et un 7

Imaginez que vous avez deux dames en main et que deux de vos adversaires, joueurs serrés, relancent fortement pré-flop. Votre main de départ a beau être une très bonne combinaison, les relances agressives de vos deux adversaires serrés doivent vous inciter à penser qu’ils disposent des As ou des Rois. Vous êtes en très grande infériorité face à ces mains, songez donc à vous coucher, en particulier en début de tournoi. Vous n’avez de plus pas grand chose à espérer du flop qui a très peu de chances (environ 10%) de vous accorder une troisième dame pour toucher un brelan.

Identifiez les flops dangereux

Vous devez être capables d’identifier les flops dangereux pour vous, quelque soit votre main de départ.

Si vous avez une paire servie moyenne, méfiez-vous de celles qu’on appelle les overcards en Anglais, c’est à dire de toute carte (ou paire servie) supérieure à la votre, en particulier les As et les Rois. Bien sûr, si vous touchez un brelan, vous pouvez piéger un adversaire ayant un As, mais dans le cas contraire vous serez très loin derrière votre adversaire et devriez probablement vous coucher.

Un homme jette sa paire d'as servie

Le cas inverse vaut bien sûr, avec une top paire, méfiez vous d’un adversaire qui relance agressivement, qui peut être sur un brelan. Attention également à votre kicker (votre deuxième carte qui complète votre main), ne payez pas un tapis avec la meilleure paire et un kicker médiocre ou vous livrerez vos jetons à votre adversaire. Si vous jouez un tirage couleur ou quinte, méfiez-vous des paires du board qui peuvent donner des fulls à des adversaires.

Apprenez à jouer avec les probabilités

Dans votre apprentissage du poker, vous devez impérativement connaître les cotes et les probabilités pour savoir exactement quand jeter les cartes et quand payer les mises de vos adversaires ou relancer convenablement.

Sur un 50/50 pré-flop qui s’emballe à tapis (As-Roi contre paire servie inférieure en général), réfléchissez en fonction du stade du tournoi et du nombre de jetons déjà présents dans le pot.

Ne payez pas un joueur un petit peu surexcité qui part à tapis après les blindes et couchez-vous en attendant une occasion de le battre où les probabilités seront de 80% en votre faveur, elle finira par se produire. En revanche, tentez votre chance si les blindes mangent fortement votre tapis, que vous êtes déjà bien engagé dans le coup et que votre main a de bonnes chances de s’améliorer ou de remporter le coup.

Poursuivez votre apprentissage, revenez à la rubrique « Apprendre à jouer au poker » ou utilisez les liens de navigation suivants :

[hcshort id= »17″]